Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share

Les amphibiens

Les amphibiens, anciennement appelés batraciens, forment une classe des vertébrés tétrapodes. Leur nom vient du grec amphibios (double vie), car leur existence est constituée d'une phase larvaire aquatique et d'une phase vie adulte terrestre.

À la différence des amniotes (reptiles, mammifères et oiseaux) qui ont acquis leur indépendance de l'eau du fait de la protection de l'embryon et du fœtus dans un sac amniotique imperméable, les amphibiens ont le plus souvent le besoin de déposer leurs œufs dans l'eau, desquels émerge une larve aquatique appelée têtard. Lors du passage à l'âge adulte, les amphibiens perdent leur branchies et développent des poumons, ils ont alors une vie semi-aquatique.

Les amphibiens sont divisés en trois ordres :

  • les anoures, sans queue au stade adulte, composés notamment des grenouilles et des crapauds ;
  • les urodèles, qui gardent leur queue à l'âge adulte, tels les salamandres et les tritons ;
  • les gymnophiones, aux pattes atrophiées, comme les cécilies.

Les parcs nationaux de France abritent plus de 125 espèces d'amphibiens, en majorité des anoures et quelques urodèles. A lui seul, le Parc amazonien de Guyane compte plus de 92 espèces sur son territoire. Les seules espèces de gymnophiones présentes au sein du réseau des parcs nationaux français se trouvent dans le Parc amazonien de Guyane (moins d'une dizaine d'espèces).