Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share

Le discoglosse sarde

Discoglosse sarde © A. Audevard
Discoglosse sarde © A. Audevard

Nom scientifique : Discoglossus sardus

Statut de protection : espèce protégée en France

Statut de menace : espèce non menacée (Liste rouge des amphibiens de France métropolitaine, évaluation 2015). La population des îles d'Hyères est elle menacée, classée comme étant vulnérable (Liste rouge des amphibiens de France métropolitaine, évaluation 2015).

Description : Le discoglosse sarde est un petit crapaud de 5-7 cm de long, robuste, à la tête plus large que longue et au museau légèrement pointu. Sa peau est lisse, son dos est de couleur brune avec des tâches sombres. Il présente souvent une tache claire en forme de croissant sur la face dorsale. Son ventre est de couleur crème.

Longévité : 9 ans

Reproduction : Les adultes s’accouplent au printemps, puis les femelles pondent plusieurs centaines d’oeufs deux à quatre fois par ans. Elles déposent leurs pontes sur les plantes aquatiques ou au fond de l’eau.

Les oeufs éclosent et de jeunes têtards en sortent. Il leur faut au moins 1 mois pour se développer, en fonction de la température de l’eau et de leur milieu de vie notamment.

Habitat : Cette espèce se rencontre en Sardaigne, en Corse, à Giglio, à Montecristo et sur les îles d’Hyères (Port-Cros et Le Levant). Le Discoglosse sarde présente une amplitude écologique assez étendue : il est en mesure d’exploiter toute une gamme d’habitats aquatiques pour se reproduire (marais côtiers plus ou moins saumâtres, torrents, fontaines,retenues d’eau artificielles, canaux d’irrigation, mares temporaires, flaques, ornières...). Il semble capable de s’adapter aux milieux perturbés ou modifiés par l’homme et peut se reproduire dans des milieux plus ou moins artificiels, ou présentant une pollution organique légère. Il se nourrit de proies diversifiés mais principalement de petite taille (invertébrés terrestres et aquatiques, larves...). Les adultes sont actifs de jour comme de nuit et demeurent presque toujours à proximité de l’eau ou dans l’eau. Lorsque la température devient trop basse ou l’humidité insuffisante, ils se réfugient dans des abris (sous des pierres, sous des amas de feuilles...) où ils retrouvent des conditions plus favorables. Les oeufs, plusieurs centaines par ponte, sont déposés sur des plantes aquatiques ou au fond de l’eau. Les têtards se nourrissent de débris végétaux et d’algues. Le Discoglosse sarde est une espèce sédentaire et les jeunes s’éloignent peu de leur lieu de naissance.

Présence dans les parcs nationaux :  Port-Cros