Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share

Le calotriton des Pyrénées

Calotriton des Pyrénées © F. Serre Collet
Calotriton des Pyrénées © F. Serre Collet

Nom scientifique : Calotriton asper

Statut de protection : espèce protégée en France

Statut de menace : espèce vulnérable (Liste rouge des amphibiens de France métropolitaine, évaluation 2015)

Description : A l’état adulte, cet urodèle (amphibien gardant une queue à l'état adulte, comme les tritons) est de taille moyenne puisqu’il mesure généralement entre 10 et 16 cm. L’aspect général de son corps est plutôt élancé et aplati, et son museau est tronqué en forme de biseau (vue de profil). La peau dorsale du calotriton est pustuleuse, hérissée de pointes noires cornées parfois appelées spinulosités. La couleur générale du corps est majoritairement grisâtre ou brunâtre, à l’exception de la bande médiodorsale jaune et du ventre orangé. Un dimorphisme sexuel existe chez cette espèce : le mâle possède un ventre jaune à orangé tacheté de noir ou gris, alors que la femelle ne possède pas de tâche sur son ventre orangé à rougeâtre.

Longévité : jusqu'à 20 ans

Reproduction : La saison de reproduction arrive dès que les adultes rejoignent le milieu aquatique. Afin de « séduire » les femelles, les mâles effectuent une posture spéciale consistant à relever la queue, formant pratiquement un angle droit avec le corps. Ils peuvent conserver cette position durant plusieurs heures. Ce serait un signal visuel pour les femelles mais aussi olfactif (les mâles sécrétant des phéromones).

Quelques jours après l’accouplement, les femelles commencent à pondre sous des pierres ou anfractuosités immergées et généralement dans des eaux peu profondes et à faible courant. Une fois les larves sorties des œufs, elles mettront plus d’un an à terminer leur métamorphose alors que chez les autres urodèles, cette métamorphose dure en moyenne un mois.

Habitat : Le Calotriton des Pyrénées occupe les ruisseaux et lacs bien oxygénés et frais où il passe la majorité de l’année (avril à décembre à basse altitude et plutôt juillet à fin septembre à haute altitude). Lors de la phase terrestre (hivernage), le Calotriton des Pyrénées utilise généralement les boisements et milieux rocheux à proximité du cours d’eau. Cet amphibien possède plutôt des meurs nocturnes. La journée, il se réfugie dans des anfractuosités rocheuses ou sous des pierres reposant au fond des cours d’eau occupés. Le Calotriton des Pyrénées dispose d’un régime alimentaire varié mais néanmoins strictement carnivore. En effet, il consomme des invertébrés aquatiques tels que des mollusques, crustacés ou insectes, mais s’alimente aussi de larves ou œufs d’amphibiens (Salamandre, Alyte accoucheur ou encore Grenouille rousse) y compris ceux de sa propre espèce.

Présence dans les parcs nationaux : Pyrénées