Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share

L'iguane des Petites Antilles

Iguane des Petites Antilles © P. Brouard
Iguane des Petites Antilles © P. Brouard

Nom scientifique : Iguana delicatissima

Statut de protection : espèce protégée en Guadeloupe et en Martinique

Statut de menace : espèce en danger d'extinction (Liste rouge mondiale de l'UICN, évaluation 2000)

Description : Les iguanes des Petites Antilles sont des reptiles dont la taille et le poids moyens varient fortement entre les îles. Ce reptile peut mesurer jusqu’à 1,60 mètres de long, la taille de sa queue représentant environ 70% de sa taille totale.  

La couleur du corps varie entre les individus et au cours de la vie d'un individu selon l'âge, le sexe, et le statut social. Les juvéniles venant de sortir de l’œuf sont d'un vert pomme brillant, chez certaines femelles subadultes et adultes, cette couleur évolue vers un vert mat plus sombre ou un gris verdâtre. Chez les mâles dominants leur corps est gris foncé, brun ou noirâtre. Globalement, la tête tend à blanchir chez les deux sexes. Le corps des iguanes est robuste et ils peuvent se déplacer aussi bien dans les arbres que dans l’eau, ils sont d’excellents nageurs. Leurs pattes griffues à cinq doigts leurs permettent de grimper et de creuser des nids sans difficulté.

L’iguane des Petites Antilles a sur la mâchoire inférieure une série d’écailles de même taille qui se prolonge jusqu’au bout du museau. Sous sa gorge il présente un fanon qu’il  étend pour communiquer avec ses congénères et pour établir sa dominance. Le fanon est muni d’épines (10 maximum) sur sa partie supérieure. Il se distingue de l'iguane vert par sa queue non rayée et l'absence d'une grosse écaille blanche sous le tympan.

Cet animal à l’allure de dragon n’est pas carnivore mais herbivore, il se nourrit de feuilles, de fleurs et de fruits des nombreux arbres et arbustes présents sur les îles.

Longévité : 15 à 20 ans

Reproduction : Les femelles gravides semblent migrer vers leur lieu de naissance afin d'y pondre. Elles ont besoin de zones sableuses, drainées et ensoleillées, où elles forment un nid en tunnel de 1 m de long. Les nouveau-nés quittent le nid en pleine saison humide alors que la végétation est abondante.

Habitat : Cette espèce est endémique des Petites Antilles. Historiquement, il est admis qu'elle occupait tout le nord des Petites Antilles depuis Anguilla jusqu’en Martinique. À la suite de la destruction de son habitat, la chasse, l'introduction de prédateurs, et de l'iguane vert (avec lequel il s'hybride), l’iguane des Petites Antilles ne subsiste plus que sur quelques sites des îles de la Guadeloupe et de la Martinique, ainsi qu'en Dominique.

Il vit sur les régions côtières du niveau de la mer jusqu'à 300 m d'altitude. En Guadeloupe, l'espèce habite les broussailles sèches, les forêts littorales sèches, les ravines humides coupant les bananeraies et la mangrove d'arrière plage, même très dégradée. Sur les îles sèches, elle est inféodée au littoral.

Présence dans les parcs nationaux :  Guadeloupe

En Guadeloupe l’espèce est menacée par la destruction de son habitat, la prédation des nids et des jeunes iguanes par les chats et les chiens errants, la compétition avec les autres herbivores et les risques d’hybridation avec l’iguane vert (Iguana iguana).

C’est pour sauvegarder cette espèce, mieux la connaître et la protéger qu’il existe un Plan National d’Action (PNA) depuis 2011. Les objectifs de ce PNA sont : l’avancement des connaissances sur cette espèce, la préservation (y compris la lutte contre l’espèce invasive Iguana iguana) et la communication des actions et des connaissances sur l'iguane des Petites Antilles.