Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share

Projet de Parc national des forêts de Champagne-Bourgogne

Forêt domaniale d'Arc-Châteauvillain © Franck FOUQUET
La forêt domaniale d'Arc-Châteauvillain abrite un immense couvert forestier ancien de plus de deux siècles. Au sein de cet espace à la biodiversité exceptionnelle, 3 000 hectares sont voués à être en libre évolution. © Franck FOUQUET
Lancé en juillet 2009, le projet se situe sur les départements de la Côte-d'Or (21) et de la Haute-Marne (52). La création du Parc national des forêts de Champagne-Bourgogne est attendue pour 2018-2019.

Les forêts, majoritairement feuillues, du futur 11e parc national français, sont représentatives des plateaux calcaires du quart nord-est de la France.

Au carrefour des influences climatiques continentale et océanique, subissant des entrées méditerranéenes et alpines, elles comptent jusqu'à plus de quinze essences d'arbres par hectare, le hêtre étant la plus courante.

Également du fait de leur ancienneté et d'un boisement quasi-continu, elles abritent de nombreux milieux naturels : marais tufeux, pelouses calcaires, prairies, riches en espèces parfois rares comme le Sabot de Vénus. Si les populations de cerf, chevreuil et sanglier sont très abondantes, on rencontre également des espèces remarquables comme le chat sauvage ou la cigogne noire.

L'eau est également très présente avc 694 kilomètres de cours d'eau, de nombreuses sources et zones humides.

Témoin priviégié des liens étroits entre l'homme et la nature depuis le Néolithique, la forêt recèle et protège de nombreux vestiges archéologiques et conserve l'empreinte du travail des moines au Moyen-âge, de l'exploitation agricole, forestIère, hydraulique ou métallurgique à différentes époques. L'originalité du projet de Parc national des forêts de Champagne-Bourgogne réside dans la présence forte et durable de l'homme et de ses activités sur l'ensemble de son territoire, dont une importante fillière forêt-bois.

Le futur Parc national a pour ambition de concilier la préservation de ces patrimoines exceptionnels et le développement économique, social et culturel.

 

Quelques chiffres :

  • Zone d'étude du coeur : 76 622 ha
  • Aire optimale d'ahdésion : 241 781 ha
  • Projet de réserve intégrale : 3100 ha

 

Infos pratiques :