Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share
Le 23/10/2018
Colloque
Le Parc national des Cévennes et l’Agence française pour la biodiversité organisent le colloque national « Comment préserver et valoriser l'environnement et les paysages nocturnes ? », les 8 et 9 novembre au Vigan (30) à l’Auditorium de la cité scolaire André Chamson.
Territoire pilote, le Parc national des Cévennes a décidé de valoriser et de protéger sa qualité de ciel exceptionnelle. En août dernier, il est d’ailleurs devenu la plus vaste Réserve internationale de ciel étoilé d’Europe (RICE)  et la seconde de France, suite à l’obtention du label décerné par l’International Dark-Sky association (IDA).  

La lutte contre la pollution lumineuse est inscrite dans le « Plan pour la biodiversité » présenté en juillet dernier par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Un colloque pluridisciplinaire

Ces deux journées seront l’occasion d’aborder les principales questions soulevées par les évolutions technologiques et les nouveaux modes de gestion de l’éclairage public

  • enjeux politiques et sociétaux, 
  • impact de la lumière artificielle sur la biodiversité nocturne, 
  • trame noire, 
  • ingénierie de territoire 
  • mise en tourisme de la nuit préservée. 

Ce colloque a pour ambition d'offrir une approche pluridisciplinaire. Des visites seront organisées sur des chantiers de modernisation de l’éclairage public.

L'inscription, ouverte jusqu'au 30 octobre, est obligatoire et gratuite.

En savoir plus
Ciel étoilé du parc national des Cévennes - Crédit : Gaël Karczewski
Ciel étoilé du parc national des Cévennes - Crédit : Gaël Karczewski

La pollution lumineuse

Longtemps sous-estimés, les effets de la pollution lumineuse sont aujourd'hui démontrés. 

En dérèglant la production de mélatonine, une hormone primordiale dans la régulation des rythmes chronobiologiques de l’être humain, les lumières nocturnes perturbent son cycle de repos.

La pollution lumineuse produit également des effets néfastes sur la biodiversité nocturne qui représente 30 % des vertébrés et 60 % des invertébrés à l’échelle mondiale

Ainsi, l’éclairage public désoriente la trajectoire de certaines espèces d’oiseaux migrateurs et provoque une hécatombe sur les insectes.