Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share
On 28/04/2021
Parc national de la Guadeloupe
L'équipe du Parc national en formation avec l'ambassadrice du Sanctuaire Agoa © DR Parc national de la Guadeloupe
L'équipe du Parc national en formation avec l'ambassadrice du Sanctuaire Agoa © DR Parc national de la Guadeloupe
Les 17 et 18 avril 2021, deux journées de formation au contrôle en mer des activités d’observation des cétacés ont été organisées par le Parc national de Guadeloupe en partenariat avec le Sanctuaire Agoa. Un bel exemple de collaboration entre les différents acteurs de la préservation de l’environnement aux Antilles.

L’observation des cétacés : une pratique réglementée

Depuis quelques années, l'observation des cétacés par les professionnels ou les plaisanciers, aussi appelée « whale watching », est en plein développement dans les eaux des îles de la Guadeloupe.

Cette pratique, qui fait l’objet d'un cadre réglementaire précis, a été identifiée par le Plan régional de contrôle des pêches maritimes et de l'environnement marin comme un enjeu environnemental important susceptible de perturber et de porter atteinte aux cétacés.

Les cétacés, mammifères marins, sont en effet protégés :

  • à l’échelle nationale par un arrêté fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national et les modalités de leur protection ;
  • dans les Antilles françaises par un arrêté préfectoral réglementant l’approche des cétacés. L’approche est interdite à moins de 300 m sauf pour les personnes habilitées pour une activité commerciale d’observation des cétacés qui peuvent aller jusqu’à 100 m sous réserve de respecter les recommandations de la charte d’approche des mammifères marins du Sanctuaire Agoa.

Contrôle en mer et sensibilisation : deux journées de formation sur le terrain

Les deux journées de formation, destinées aux agents du Parc national de la Guadeloupe et animées par Meï-Li Bellemare du Sanctuaire Agoa, avait un double objectif :

  • compléter les connaissances des agents du Parc national sur la reconnaissance des cétacés qui fréquentent les eaux guadeloupéennes ;
  • contrôler le respect des règles d'approche et d'observation des cétacés qui s'appliquent dans le périmètre du Sanctuaire Agoa dont font partie les eaux du Parc national.

Les agents du Parc national ont observé l'approche des bateaux vers les cétacés et mesuré les temps d'observation. Ils ont aussi effectué des contrôles conformes auprès des professionnels en vérifiant qu'ils disposaient bien de leur habilitation à bord et qu'ils avaient suivi la formation du Sanctuaire Agoa destinée aux professionnels.

Quatre prestataires de « whale watching » et un plaisancier ont été contrôlés. Si aucune infraction n'a été constatée concernant les professionnels, ce ne fut pas le cas du plaisancier qui ne respectait pas la distance d'approche des cétacés. Il fera l'objet d'une procédure ultérieure par les agents du Parc national.

Lors de ces deux journées de formation, pas moins de trois espèces de cétacés ont été observées : baleine à bosse, dauphin de Fraser, dauphin tacheté pantropical. Preuve que la mission de sensibilisation et de contrôle est devenue incontournable pour préserver la richesse exceptionnelle des eaux guadeloupéennes.

Le Parc national de la Guadeloupe et le Sanctuaire Agoa main dans la main

Les deux journées de formation portées par le Parc national et le Sanctuaire Agoa, en association avec les équipes de l'Office français de la biodiversité (OFB) en Martinique, sont une belle démonstration de la coopération et des synergies possibles entre les différents acteurs de la préservation de la biodiversité dans les Antilles françaises.

Le Parc national de la Guadeloupe, rattaché à l’OFB, est un territoire à la fois terrestre sur la Basse-Terre et la Grande-Terre, et marin par la Côte-sous-le-Vent et le Grand Cul-de-Sac Marin.

Le Sanctuaire Agoa, qui fait partie de l’OFB, est une aire marine protégée exclusivement dédiée à la protection des mammifères marins. Le périmètre du Sanctuaire couvre toutes les eaux de la Martinique, de la Guadeloupe, de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy.

 

Pour aller plus loin :