Portail des parcs nationaux de France
-A +A
Share
On 13/01/2021
Parc national des Cévennes
Le bourdon terrestre © Émilien Hérault / Parc national des Cévennes
Le bourdon terrestre © Émilien Hérault / Parc national des Cévennes
Lancé le 16 novembre 2020, l’appel à projets « Plantons des haies mellifères » a pour objectif de faire du Parc national des Cévennes un territoire accueillant pour les pollinisateurs. Le projet s’adresse aux agriculteurs du territoire du Parc national, qui ont jusqu’au 15 février 2021 pour déposer leur dossier de candidature.

Les haies, un outil clé de la biodiversité mais menacé

Outil clé de la biodiversité, les haies en bordure de champs permettent d’abriter des animaux auxiliaires de cultures comme les pollinisateurs ou les prédateurs de ravageurs, de favoriser l’infiltration de l’eau, de réguler les inondations ou sécheresses en captant et restituant lentement l’eau. Elles apportent également de l’ombre aux troupeaux, luttent contre l’érosion des sols et aident à couper le vent. Pourtant, depuis 1950, 70 % des haies ont disparu des bocages français et leur nombre continue à diminuer.

Cette disparition massive des haies du paysage rural français, qui a des conséquences désastreuses sur les pollinisateurs, touche également les espaces naturels protégés. Dans le Parc national des Cévennes, mis à part les abeilles domestiques, plus de 300 espèces d’abeilles sauvages sont en effet recensées. Elles jouent un rôle crucial pour la biodiversité mais suite aux épisodes de sécheresses et aux canicules, le nectar se raréfie et les abeilles sont menacées par manque de nourriture.

« Plantons des haies mellifères »

En lançant l’appel à projets « Plantons des haies mellifères », le Parc national vise à augmenter les ressources en nectar et en pollen sur son territoire pour favoriser la présence des pollinisateurs.

Concrètement le Parc national proposera aux porteurs de projets une liste de 23 espèces d’arbres et arbustes adaptées aux différents sols du territoire (alisier blanc, noisetier, merisier, sureau noir, frêne commun, chèvrefeuille des bois, pommier sauvage, etc.) pour reconstituer des haies. Les projets seront financés à 100% par le Parc national.

De la conception du projet à la plantation des haies, les agriculteurs seront épaulés par les équipes Parc national ainsi qu’AGROOF (bureau d'études spécialisé en agroforesterie) pour le département du Gard et le COPAGE (Comité pour la mise en œuvre du plan agro-environnemental et de gestion de l'espace) pour le département de la Lozère.

En contrepartie, le porteur de projet s’engage à :

  • ne pas utiliser de produits phytosanitaires sur 25 m de part et d’autre de la haie,
  • maintenir la haie au minimum 15 ans,
  • effectuer un suivi et à participer à une journée technique organisée par le Parc national et ses partenaires.

L’objectif est également de favoriser et expérimenter la régénération naturelle des haies. Cette maîtrise du développement de la végétation spontanée en périphérie des parcelles permet de créer, à bas coût, des haies robustes, formidables réservoirs de biodiversité.

Pour tout renseignement :

 

Pour aller plus loin :

Logo Etat
Logo Occitanie
Logo Europe

Le programme « Plantons des haies ! »

Dans le cadre du plan de relance national, l’Etat a lancé le programme « Plantons des haies ! ».

Son objectif : parvenir à la plantation de 7000 km de haies sur la période 2021-2022 pour aider les agriculteurs qui souhaitent favoriser la biodiversité autour de leurs cultures en reconstituant les haies bocagères qui les entourent.

Il comprend deux volets :

  •  « investissement » : financement de projets d’implantation de haies,
  •  « accompagnement » : financement d’actions d’accompagnement et d’animation dans les territoires afin de susciter des projets de plantation, faciliter leur montage et leur réalisation et assurer leur cohérence et leur pérennité.

Pour en savoir plus